Caravane: Les précisions de la BID

Luis Estanislao Echebarria, le représentant de la Banque interaméricaine de développement (BID) en Haïti, lors d’une interview exclusive accordée au journal Le Nouvelliste, est longuement revenu sur l’enveloppe initiale de 10 millions de dollars avancée par l’institution financière internationale à la Caravane du changement.

« On a décidé d’accompagner la Caravane pour trois bonnes raisons », a expliqué d’entrée de jeu le représentant de la BID en Haïti apportant plus de précisions sur la décision de la BID d’accompagner la Caravane du changement, initiative-phare du quinquennat Moïse, ainsi que le bien-fondé de cet accompagement.

Tout d’abord, à travers la Caravane, a éclairci Luis Estanislao Echebarria, on peut mettre en valeur des moyens de l’État, des équipements, des personnels qui sont disponibles et qui peuvent être déployés dans plusieurs régions du pays. Ensuite, il y a énormément d’interventions nécessaires qui n’ont pas eu lieu depuis des années (conservation, réhabilitation, curage des canaux) qui, selon le résident permanent de la BID, sont urgentes et qui doivent être effectuées. Et enfin, de cette façon, pense-t-il, les travaux pourront être entrepris à meilleur prix que si l’État travaillait directement avec des entreprises privées.

« Ce sont les moyens de l’État, le personnel de l’État dont on peut profiter pour faire beaucoup plus qu’avec d’autres moyens qui seront tout aussi nécessaires », a déclaré Luis Estanislao Echebarria. « Je pense que la Caravane peut être un bon pas aussi pour construire une capacité plus structurelle de l’État dans les directions départementales de conservation et de réhabilitation. J’espère que cela ne sera pas une intervention isolée, mais que cela peut contribuer à créer une capacité de conservation et de réhabilitation permanente énormément importante pour Haïti », a-t-il poursuivi.

Concernant les 10 millions de dollars octroyés à la Caravane, des ressources identifiées dans le cadre de projets de la BID déjà approuvés en Haïti, il s’agit, selon Luis Estanislao Echebarria, d’un montant préliminaire sujet à augmenter si les travaux avancent bien à la satisfaction du bailleur. « On a signé un protocole avec le MEF et le MTPTC qui détaille la façon dont on va travailler », a fait savoir le représentant de la BID dévoilant les tenants et aboutissants de ce protocole d’accord, signé le mercredi 12 juillet 2017.

À la question en quoi consiste cette affectation et comment est effectué le financement dans le cadre de la Caravane, Luis Estanislao Echebarria a souligné que le MTPTC doit à l’avance présenter un plan d’intervention à la BID. Ensuite, dit-il, l’institution financière se rend là où les interventions ont lieu pour se rendre compte de la situation sur le terrain. Après, vient l’étape de la supervision des travaux en cours. Une fois les travaux terminés, une étude est réalisée pour s’assurer si les travaux ont respecté la qualité, le standard que réclame la BID.

« On va payer non pas la totalité des coûts, mais un pourcentage qui correspond aux dépenses variables (per diem, dépenses en combustible, en réparation et en matériaux) […] Les paiements vont se faire directement au Trésor public. On ne fait pas de paiement en avance. C’est un paiement qui se fait une fois qu’on a certifié que les travaux ont été faits », a prévenu Luis Estanislao Echebarria.

« Je pense que c’est aussi la volonté du gouvernement d’Haïti », a-t-il poursuivi estimant que l’effort de mettre ces équipements auparavant abandonnés ou mal conservés et ces personnels au travail est le premier pas pour renforcer les capacités de l’État.

À moyen terme, a-t-il insisté, il faudra doter les directions départementales du MTPTC et du MARNDR de ces capacités. « C’est à cause de cela aussi que la BID est engagée avec le gouvernement à faire un plan de réforme de l’Etat qui priorisera le MTPTC et le MARNDR dont les grandes lignes consisteront à rationaliser le personnel, engager de nouveaux personnels professionnels avec des capacités qui sont nécessaires dans les fonctions importantes », a annoncé Luis Estanislao Echebarria.

Patrick St PRE source le nouvelliste

radioteleolehaiti

RTOH est la radiotélédiffusion de la communauté haitienne émettant depuis Brooklyn, New-York(USA). C'est une innovation de la presse haitienne visant à apporter une nouvelle vision de notre société.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Skip to toolbar