Richard Cavé du groupe KAÏ à la soirée « grande première » de VAYB de Mickaël Guirand à New York fait la une

Dans toute société, l’opinion publique tient un rôle et, des fois, elle attire l’attention générale sur des faits qui auraient pu facilement passer inaperçus. Un principe veut que chacun ait sa propre opinion sur un sujet ou sur une quelconque situation. Et ce n’est pas sans raison qu’on dit toujours qu’il faut respecter l’opinion d’autrui. Cependant quand elle est manipulée, elle devient dangereuse et peut causer des dommages irréparables, si les mesures nécessaires ne sont pas prises à temps. De tels faits se remarquent dans l’industrie haïtienne de la musique où souvent on confond compétition et polémique.

KAÏ et VAYB vibrent sur la même longueur d’onde

La création et l’émergence de deux jeunes groupes musicaux, KAÏ et VAYB, créent une situation de tension capable de tout chambarder jusqu’au point d’affecter leur évolution sur la scène HMI. On se souvient que le groupe VAYB, lors des sa grande première à El Rancho, le samedi 1er juillet 2017, lançait des slogans tels que «  Nou kraze KAÏ la, kraze l, kraze l », qui n’ont pas plu à bon nombre de gens. C’était le jour de son baptême. Le public a supporté VAYB sans réserve et, de façon incroyable, Michaël Guirand a reconquis les cœurs. Tout le monde parle déjà d’une polémique entre VAYB et KAÏ.

Cette polémique stérile dérangera l’ordre des choses et du même coup pourra empêcher d’apprécier à sa juste valeur la vraie capacité musicale de ces nouveaux nés. On doit se rappeler que Richard Cavé et Mickaël Guirand représentaient les figures emblématiques de Carimi qu’à trois ils avaient créé, Carlo Vieux, Richard Cavé et Mickaël Guirand. Point n’est besoin de remonter l’histoire de ce groupe défunt. Elle est connue de tout le monde.

KAÏ et VAYB sont donc deux transfuges de Carimi. L’on se demande pourquoi le public se montre si intéressé à la polémique qui, dans toute l’histoire du compas direct, ne l’a aidé en rien. Certains essaient déjà d’établir la différence musicale entre VAYB et KAÏ sans peut-être se rappeler que : « chassez le naturel, il revient au galop ». Il est tout à fait normal que ces deux formations musicales ressemblent à Carimi.

L’entrée de Richard Cavé sur le podium : Un moment fort de la soirée

Le groupe VAYB continue son chemin lentement et avec assurance. Il présentait sa première soirée à New York au cours de laquelle une visite surprise a créé de fortes émotions non seulement chez Mickaël Guirand, mais aussi au sein des musiciens de VAYB. Mickaël Guirand ne s’attendait pas à l’arrivée de Richard Cavé sur le podium où VAYB offrait sa deuxième prestation de son existence. Un tel geste a suscité diverses interprétations et a créé des divergences d’opinion.  On est certain que Mickaël Guirand n’a pas apprécié la façon dont Richard Cavé s’est présenté sur le podium, sans un dialogue au préalable et sans invitation. C’est ce que le fondateur – chanteur de VAYB aurait aimé. Dans les jours à venir, il va certainement réagir face à cette situation.  La psychologie du comportement nous permet de le dire.

Le geste, tout comme le silence, est un langage. Pour le comprendre,  il faut considérer l’habitude qui avait lié ces deux artistes. Ensemble, ils ont eu un parcours extraordinaire qui n’aurait pu être que souvenir si les deux groupes ne se faisaient pas pour devoir de reprendre les musiques de Carimi dans les occasions qui se présentent à eux. Il y a des gens qui n’ont pas apprécié le geste parce qu’ils ne pensaient qu’à leurs intérêts personnels consistant à obtenir une date pour offrir une double affiche  KAÏ –VAYB. Il y a fort à parier que l’événement lié à l’apparition de Richard Cavé aura des impacts positifs sur l’évolution de ces deux groupes. Ils vont tous deux réussir dans leurs démarches.

Si l’on fait fi de la compréhension dont Mickaël Guirand a toujours fait montre, il doit rejeter l’idée de polémique. Il a du  pain sur la planche. Il faut se rappeler que KAÏ a déjà un disque en circulation, tandis que VAYB n’a qu’une seule composition « Lanmou fasil ». Mickaël est entouré de talents capables de garantir une production musicale de bonne facture. On ne peut établir une comparaison juste, puisqu’il y a un déséquilibre entre les deux groupes, considérant leur répertoire.

Un traité de paix pour le changement 

La polémique constitue l’une des cellules cancéreuses de l’industrie haïtienne de la musique. Les deux groupes doivent se mettre au travail pour nourrir plutôt une compétition capable d’apporter un changement global dans cet univers où tout semble être pêle-mêle. Richard Cavé a réalisé ce que bien d’autres musiciens auraient dû faire avant lui pour le bien-être d’une cause commune : l’avancement du konpa dirèk. Ce genre musical  leur permet de gagner un salaire beaucoup plus décent que celui des musiciens des années 60-70.

L’accolade fraternelle que Richard Cavé a donnée à Shedly Abraham, batteur officiel de VAYB, met fin aux différends qui existaient entre eux et à qui bon nombre de gens attribuaient une apparence disproportionnée. Business ira bon train entre Shedly, Richard Cavé et Mickaël Guirand, puisque les deux groupes pourront utiliser le studio d’enregistrement du batteur pour réaliser ce dont ils auront besoin pour produire des projets de bonne qualité.

Ceci nous permettra de voir si la « réconciliation » n’est pas teintée d’hypocrisie.  C’est un geste magnanime de Richard Cavé. Il a tendu le rameau d’olivier à Mickaël Guirand qui, semble t-il, n’espérait pas qu’un tel moment arriverait. Celui-ci a été pris au dépourvu. Il va l’avouer au cours des interviews qu’il aura à accorder un peu plus tard,  puisqu’il dit toujours et franchement ce qu’il ressent.

Le fondateur de KAÏ, Richard Cavé, a voulu prouver que la plupart des informations qui circulaient sur les réseaux sociaux n’étaient que spéculations et rumeurs, Fake News !  Son apparition sur la scène avec VAYB symbolise un traité de paix et convie un message d’harmonie. Il faut dire que le fruit ne tombe pas loin de l’arbre. Richard Cavé hérite de cette grande qualité d’artisan de la paix de son père, Guy Cavé (Guyto), un ancien élève de l’école des Frères du Sacré-Cœur de Port-au-Prince. Guyto doit jouer le rôle de médiateur entre les protagonistes pour les aider à vider leur contentieux.

Avec le nouveau développement entre Richard Cavé et Mickaël Guirand, le vent va changer de direction pour marquer le commencement d’une autre ère dans l’industrie haïtienne de la musique. Que d’autres musiciens ayant des différends mettent leur orgueil de côté pour emboîter le pas sur le chemin de la paix. Une telle disposition pourrait au moins amoindrir les problèmes de l’industrie haïtienne de la musique et conduire le konpa dirèk vers une autre direction pour une reconnaissance internationale.  La division n’a jamais rien apporté de positif à l’humanité.

robertnoel22@yahoo.com

radioteleolehaiti

RTOH est la radiotélédiffusion de la communauté haitienne émettant depuis Brooklyn, New-York(USA). C'est une innovation de la presse haitienne visant à apporter une nouvelle vision de notre société.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Skip to toolbar